25-05-13

Les terroristes tchétchènes: France

terroristes.tchétchènes.jpg'Une cellule terroriste tchétchène démantelée à Nice"

Un homme de 26 ans s’est tué en se défenestrant, ce mardi à l’aube, lors d’un coup de filet mené par la police. Sept autres ont été interpellés

Cagoules. Gilets pare-balles. Arme au poing. Les policiers investissent l’immeuble bd Louis-Braille au petit matin, en force. « Une scène digne d’un film », d’après des riverains. C’est pourtant une opération antiterroriste des plus réelles qui a été menée, hier matin, dans un quartier sensible de Nice-Est. Et non des moindres. Un coup de filet d’envergure qui a toutefois viré au drame, avec la mort d’un homme de 26 ans.

Deux des huit ressortissants tchétchènes interpellés se sont en effet défenestrés. Ces suspects sont poursuivis du chef d’« association de malfaiteurs en vue d’une entreprise terroriste ». Secret-défense oblige, l’opération avait été préparée dans la plus grande discrétion par la DCRI (direction centrale du renseignement intérieur, née de la fusion des RG et de la DST en 2008).

Combattants jihadistes

6 h 25, hier. Les policiers investissent l’immeuble HLM « Les Chênes   », au 30 boulevard Louis-Braille, dans le quartier Saint-Charles. Six résidents sont interpellés. Deux autres s’élancent dans le vide depuis le troisième étage, d’une hauteur impressionnante. Selon une source proche de l’enquête, ils auraient sauté avant même que la police ne fasse irruption. L’un d’eux à l’arrière du bâtiment, l’autre sur une voiture garée devant, rapportent des riverains.

Tous deux seront évacués par le Samu et les pompiers vers l’hôpital Saint-Roch. L’un d’eux ne souffre que de blessures légères. L’autre, déjà médicalisé sur place, est hospitalisé dans un état critique. Il succombera dans la journée. Décès confirmé hier soir par le parquet de Nice, qui a saisi l’IGPN, la « police des polices », pour enquêter sur cette défenestration fatale.

Mais l’autre volet judiciaire, celui qui est à l’origine du vaste coup de filet d’hier, se noue à Paris. Les policiers parisiens, marseillais et niçois de la DCRI agissaient sur commission rogatoire d’un juge antiterroriste parisien. Dans le viseur : une filière tchétchène suspectée d’être impliquée dans des actes terroristes. Or ce que la DCRI pense avoir démantelé à Nice, n’est rien moins qu’une cellule terroriste.

En 2007, la filière « irakienne »…

Une cellule en lien avec le jihad – la « guerre sainte » – mené dans l’Emirat du Caucase. Certains de ses membres auraient accompli, au fil de voyages bien peu touristiques, un parcours du combattant jihadiste. Et déjà participé à des opérations terroristes, ou envisagé de commettre des attentats.

C’est dire l’enjeu que revêt l’opération d’hier aux yeux des spécialistes du contre-espionnage.

Une affaire qui renvoie la Côte d’Azur à un précédent : le coup de filet réalisé en 2007 dans la filière dite « irakienne », entre Vence et Nice, déjà. À l’époque, trois islamistes azuréens, d’origine tunisienne, avaient été mis en examen pour « association de malfaiteurs en relation avec une organisation terroriste ».

http://www.nicematin.com/article/derniere-minute/une-cellule-terroriste-tchetchene-demantelee-a-nice.547526.html

De commentaren zijn gesloten.