10-05-12

Didier Reynders: un homme de l’extrême droite

didier-reynders.Sarkozy.jpgla publication de cet article a été bloqué sur http://vld-terreur.skynetblogs.be/ à la suite de notre plainte au ministre de la Justice Turtelboom sur le parquet de Turnhout

Verhofstadt, 'ce gauchiste qui critique Sarkozy', irrite Reynders

Par Fabrice Grosfilley dans Autre, le 9 mai 2012

Cela commence dimanche soir. Guy Verhofstadt se félicite de la victoire de François Hollande. “Nicolas Sarkozy est un homme énergique qui a mis son énergie au service de positionnements sur la crise de la zone euro ainsi que sur Schengen particulièrement décevants (…). Avec François Hollande “s’ouvrent de nouvelles perspectives pour la gouvernance économique de la zone euro”. Je vous le traduis : la politique européenne de Sarkozy  me donne des boutons, c’est un soulagement. Guy Verhofstadt avait déjà appelé à voter pour François Bayrou au premier tour. Au parlement européen, il s’était même publiquement interrogé : « Qui est le candidat de l’extrême droite ? Marine Le Pen ou Nicolas Sarkozy ? ». La question avait déclenché un tollé. Au second tour, Verhofstadt n’avait donc pas changé d’avis. Quand on souhaite une Europe intégrée et la libre circulation des personnes, mieux vaut un président de gauche plutôt qu’un nouveau quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Didier Reynders irrité

Alors bien-sûr Guy Verhofstadt n’est pas n’importe qui. Notre ancien Premier ministre est aujourd’hui le chef du groupe libéral au parlement européen. Tous ses alliés là-bas n’apprécient pas ses  prises de position. Et même en Belgique, un libéral flamand qui soutient Hollande ça fait tousser. C’est Francis Van De Woestyne dans la Libre Belgique qui rapporte l’anecdote. Lundi, au bureau du mouvement réformateur, Didier Reynders aurait sonné une charge particulièrement sévère contre Guy Verhofstadt. « Que veut-il Guy Verhofstadt ? Il se tire une balle dans le pied, le MR ne doit pas se laisser entraîner dans cette spirale », confie un participant à la réunion qui souligne que Didier Reynders a été applaudi.

Main dans la main il y a quelques années

Pour ceux qui ont un peu de mémoire Didier Reynders et Guy Verhofstadt ont pourtant usé et abusé de leur proximité. En 2007 par exemple, celui qui était  alors le président du mouvement réformateur et celui qui était Premier ministre sortant avaient lancé une campagne électorale avec des moments communs.  MR-VLD même combat. Reynders allait avec l’open VLD en Flandre, Verhofstadt venait soutenir le liégeois en Wallonie. On était sur la même longueur d’onde. A l’époque, les bleus du sud acclamaient le bleu du nord.  Aujourd’hui, c’est celui qui le critique qu’on applaudit.

Des divergences certaines

Parler d’un divorce est peut être excessif, mais il y a  donc clairement des divergences, et ce sont des divergences de fond. Guy Verhofstadt a comme priorité le renforcement de l’union européenne. Il souhaite obtenir un gouvernement économique de la zone euro et la création d’euro-obligations. Didier Reynders y est également favorable, mais à la différence de Guy Verhofstadt cela ne l’empêche pas de dormir de ne pas les obtenir. Verhofstadt ne s’occupe que d’Europe, Reynders a toujours les pieds en Belgique.

Les sondages mauvais, les libéraux discrets

Les libéraux francophones sont-ils pour autant réellement mis à contre-pied ? Si vous avez suivi la campagne française vous aurez noté que le MR a  été prudent, et même un peu distant avec le président français sortant. En meeting, seuls Denis Ducarme et Alain Destexhe se sont réellement déplacés pour aller soutenir Sarkozy. Les ténors du parti sont restés discrets,  et plus la campagne avançait, plus les sondages étaient mauvais, plus leur discrétion était visible. Dimanche soir, Charles Michel a même publié un communiqué où il  saluait « avec fair-play » la victoire du candidat socialiste « Je respecte le choix des Français », écrivait-il. Les libéraux  francophones n’ont pas mouillé leur chemise pour Sarko. Ils reprochent à Verhostadt  d’avoir été nettement plus engagé. La prudence est l’inverse du panache.

Article: http://blogs.rtl.be/carnetpolitique/verhofstadt-ce-gauchiste-qui-critique-sarkozy-irrite-reynders/

---

Photo ajouté: Didier REYNDERS a remis « pour services rendus », la médaille de Commandeur de l’Ordre de Léopold à Nicolas SARKOZY...

De commentaren zijn gesloten.