13-08-09

La mort du détenu à Jamioulx

 

La mort du détenu à Jamioulx provoque un tollé en Turquie

(12/08/2009)

Lantin.large_175784En Turquie, pays souvent pointé du doigt pour son système pénitentiaire, des médias ont évoqué l'affaire en parlant de "pratiques de torture" dans les prisons belges


CHARLEROI La mort le week-end dernier à la prison de Jamioulx de Michael Takin, décédé après avoir été "maîtrisé" par trois gardiens de l'établissement pénitentiaire, a soulevé une vague d'indignation en Turquie. Le corps de Michael Takin a été rapatrié mercredi en Turquie pour être inhumé dans sa ville natale de Sivas, dans le centre du pays.

Michael "Takin" porte ce nom à la suite, semble-t-il, d'une erreur d'état civil commise lors de sa déclaration de naissance. Sa famille porte officiellement le nom de "Tekin" et non de "Takin".

En Turquie, pays souvent pointé du doigt pour son système pénitentiaire, des médias ont évoqué l'affaire en parlant de "pratiques de torture" dans les prisons belges.

Selon l'agence de presse turque « Anatolie », le président de la Commission des Droits de l'Homme du parlement turc, Zafer Üskül, a envoyé une lettre au
parlement belge pour s'enquérir des circonstances de la mort du détenu.

Candidate à l'adhésion à l'Union européenne, la Turquie est souvent mise en cause pour son système carcéral, dont le film "Midnight Express" avait fait une description apocalyptique en 1978.

Michael Takin, qui était âgé de 31 ans, pesait plus de cent kilos et mesurait 1m 90. Il souffrait de problèmes psychiatriques qui lui avaient valu de faire l'objet d'une mesure de placement en établissement de Défense sociale, comme l'a rappelé le dernier week-end l'avocat de sa famille, Me Fabian Lauvaux.

Michael Takin avait cependant négligé de respecter les conditions de sa mise en liberté provisoire, ce qui lui avait valu, vendredi dernier, d'être réintégré à la prison de Jamioulx, les établissements de Défense sociale de Paifve ou de Tournai n'étant pas en mesure de l'accueillir.

Selon les éléments jusqu'ici révélés par l'instruction en cours à Charleroi, Takin s'était montré « turbulent », samedi en début d'après-midi, ce qui avait nécessité son transfert de sa cellule vers une « cellule d'apaisement », c'est-à-dire un cachot, par trois gardiens.

C'est au cours de ce transfert que les gardiens on été amenés à maîtriser le détenu, dans des conditions que l'instruction devra préciser. L'autopsie a en effet révélé que Michael Takin portait la trace de violences. L'enquête en cours devra établir si les manœuvres effectuées par les gardiens étaient bien appropriées à la situation et si elles ont ou non entraîné le décès du détenu.

En réaction à l'audition de trois de leurs collègues, les surveillants de la prison de Jamioulx ont observé mardi un mouvement de grève de 24 heures. Les gardiens ont repris le travail mercredi.

Sur le plan judiciaire, des auditions doivent encore avoir lieu dans les jours à venir, avant une reconstitution des faits à la prison de Jamioulx. A l'heure actuelle, aucune inculpation n'a été prononcée, pas plus qu'il n'y a eu, à l'égard des trois surveillants de mesure disciplinaire les écartant du service.

© La Dernière Heure 2009

Commentaren

De Clerck: politiek verantwoordelijk
Jamioulx: meest overbevolkte gevangenis in het land

Donderdag, 2 Juli 2009 - 12:58 in Persberichten

De overbevolking in de Belgische gevangenissen is nergens zo groot als in de gevangenis van Jamioulx. Op 23 juni waren er 433 gedetineerden voor 207 beschikbare plaatsen of een bevolking van 201 %. Ook voor het personeel weegt deze overbevolking zwaar door. De psychosociale dienst van de gevangenis verdrinkt in het vele werk. In de kamercommissie justitie (24 juni 2009) werd Justitieminister Stefaan De Clerck hierover geïnterpelleerd door Fouad Lahssaini van Ecolo. Hij vroeg de minister welke zijn kortetermijnoplossing wordt voor deze onhoudbare situatie.

Solidariteit sleutel to soelaas

De minister geeft toe dat de toestand in de gevangenis van Jamioulx explosief is: “De gevolgen van de forse overbevolking laten zich op heel wat vlakken voelen. De werkomstandigheden zijn penibel. Ik heb grote waardering voor het dagelijkse werk van de penitentiair beambten en hun kracht om gemotiveerd te blijven. Maar Jamioulx is geen geïsoleerd probleem, of zou dat niet mogen zijn. Wat maken we vandaag mee? Dat sommige gevangenissen bijna twee keer zoveel gedetineerden hebben dan ze aankunnen, terwijl andere gevangenissen niet eens aan hun voorziene bezetting komen. We moeten deze problematiek in zijn geheel bekijken. Ik doe nadrukkelijk een beroep op de solidariteit van alle betrokkenen. Deze solidariteit moet maar tijdelijk zijn. Zoals bekend, onderhandelen we met de Nederlandse regering over de huur van 500 cellen in de gevangenis van Tilburg. Van zogauw we die kunnen innemen zal het mogelijk zijn de bezetting van àlle gevangenissen te doen afnemen. En natuurlijk moet er ook een oplossing ten gronde komen. Ik finaliseer op dit moment een politieke nota over de strafuitvoering in zijn geheel en ga daar graag het debat over aan.”

Een bedenking die in de debatten telkens terugkeert, is dat meer gevangenissen leiden tot meer gedetineerden. De situatie in Nederland bewijst het tegendeel. In 20 jaar tijd heeft Nederland zijn capaciteit verdrievoudigd en daar staan nu een 3500-tal cellen leeg staan. Bovendien ligt het aantal gedetineerden per 100.000 inwoners in Nederland hoger. België is dus bijvoorbeeld niet repressiever dan Nederland.


http://www.stefaandeclerck.be/nl/jamioulx-meest-overbevolkte-gevangenis-in-het-land/641

Gepost door: Jan Boeykens | 28-08-09

De commentaren zijn gesloten.